The Beauty Report

DANS LA TÊTE DE DELPHINE REMY-BOUTANG

Delphine Remy Boutang a construit sa carrière dans le domaine du digital et des réseaux sociaux. Après avoir travaillé dans l’industrie informatique, réputée pour offrir peu de places aux femmes, elle lance son agence et très vite, soutient l’engagement des femmes dans le numérique. En lançant toute d’abord la Journée de la Femme Digitale et plus récemment le JFD connect Club, réservé aux femmes qui veulent entreprendre et innover. Féministe et engagée, Delphine Remy Boutang a œuvré pour la création du Prix Margaret -afin de mettre en lumière de nouveaux rôles-modèles féminins – et pratique les valeurs de discrimination positive avec ses collaborateurs. Aujourd’hui, elle partage avec nous ses 5 objets fétiches.

Je suis une véritable fan des sacs et des chaussures Pierre Hardy. J’adore son travail, synonyme de couleurs et d’optimisme.
Pour moi, le chic c’est d’associer chaussures et sac. D’ailleurs, je collectionne les sacs et j’en change très souvent. On dit que changer de sac c’est comme changer de vie, c’est oser se réinventer chaque jour. Dans le cadre professionnel, je suis réputée pour casser les codes, j’aide à faire grandir, à transformer, à changer les états d’esprit… Sous ses airs futiles, ce sac illustre mon rapport à la féminité et à mes engagements.
J’ai trouvé cette paire en soldes presse. Une amie, Lalée Pinoncély, m’a invité aux soldes presse Pierre Hardy, et depuis je suis accro. Cette paire je l’ai choisie, car c’est une œuvre d’art à porter. Et je me sens bien dedans. J’adore porter des talons, ils symbolisent la féminité. C’est bien d’être très féministe et de l’être aussi dans notre façon de nous habiller. C’est un symbole de liberté.
Ma grand-mère était une femme libre, ultra avant-gardiste, qui portait des pantalons. Elle a osé divorcer dans les années 50, c’était très osé pour l’époque. Ma grand-mère était décoratrice d’intérieur, à Clermont Ferrand, et c’est elle qui a fait venir la première les designers danois en France dans sa boutique. Quelle audace à l’époque, personne n’y comprenait rien ! Ce bracelet, ma mère me l’a offert à la mort de ma grand-mère. Et je le porte car elle m’a appris et transmis les valeurs que je soutiens aujourd’hui.
Pour moi, Courrèges c’est l’optimisme par la couleur. André Courrèges a contribué à libérer le style de la femme en créant par exemple la mini-jupe. Une véritable révolution, encore aujourd’hui !
C’est la parfaite illustration du digital ! Il résume cette nouvelle façon d’engager la conversation. Aujourd’hui, en tant que femme, nous avons le pouvoir de prendre la parole dans la vie, sur le web. Ce hashtag permet d’émerger, de se faire connaître… il permet aux femmes de devenir de nouveaux rôles-modèles pour d’autres femmes. Je suis fascinée par internet !
Le mascara fait partie de ma routine beauté quotidienne. J’adore la façon dont il dompte les cils sans sacrifier leur volume. Il donne de la profondeur et sophistique le regard tout en souplesse. Et j’adore sa robe panthère ! C’est important de se regarder droit dans les yeux quand on se lève le matin, non ?
DÉCOUVREZ LA GAMME
À LIRE AUSSI
Suivre Helena Rubinstein