The Beauty Report
©Mathieu Vladimir Alliard

Dans la tête de Leslie David

Les marques de mode, les lieux branchés et les groupes de musique les plus cools s’arrachent les visuels élégants et pop de la DA française. Voici ce qui l’inspire chaque jour à créer un univers ludique et raffiné.

J’en ai toute une collection dont j’achète chaque pièce dans des vide-greniers, jamais plus de trois euros pièce. On m’en offre souvent et j’en ai de toutes les couleurs, réalisées dans des moules légèrement différents les uns des autres : certaines ont les doigts plus fins, ou les ongles plus marqués. Dans mon ancien appartement, je les avais toutes regroupées sur une étagère, j’aimais bien l’effet créé par l’accumulation.
Je l’ai acheté lors d’un voyage au Japon, car je fais beaucoup de pâtisseries à base de thé matcha. À Kyoto, il y a toute une culture de la cérémonie du thé. Ce rituel a lieu dans des petites maisons très mignonnes, où l’on est accueilli par des femmes en kimono. Ce rituel comporte un tas de règles, son apprentissage dure toute la vie. Il faut savoir faire pousser du thé, le faire sécher, le broyer, fabriquer le fouet en bambou et le bol en céramique. Il faut aussi connaître les bonnes manières et maîtriser l’ikebana, c’est-à-dire l’art des fleurs.
Allumer mon téléphone, c’est la première chose que je fais le matin : je regarde tout ce qui s’est passé pendant que je dormais. A part ça, je ne suis pas très accro à la technologie ; je ne saurais même pas dire de quel modèle il s’agit. Je ne change pas souvent de téléphone, seulement quand ils commencent à devenir vraiment trop lents. Je ne les perds jamais, et j’ai d’ailleurs regroupé tous mes vieux iPhone dans une boîte. Ma fille a collé des autocollants sur la coque de celui-ci et je les ai gardés, ça me fait penser à elle.
Je l’ai ramené de San Francisco, il y a quelques années. Je l’ai trouvé hyper joli, j’ai cherché le nom du designer, Peter Shire, sur Google, et je me suis rendu compte qu’il faisait partie du groupe Memphis en Italie. Même des années après, on sent encore l’influence de ce mouvement sur son travail, par son côté cubiste, géométrique, minimal, avec des couleurs fortes. Je ne bois pas dans ce mug, par peur de l’abîmer : je ne perds rien mais en revanche, je casse beaucoup de choses !
C’est une copine, Annelise Michelson, qui l’a réalisée. Ses bijoux sont assez imposants et visibles, ils ressemblent parfois à des armures. Elle a notamment fait un collier avec du fil barbelé plaqué or. On a un peu travaillé ensemble et elle m’a offert ces bagues que j’aime beaucoup et que je mets souvent. À part elles, je porte peu de bijoux. Je préfère avoir une seule pièce forte, que je change selon mes envies.
J’utilise très peu de soins pour la peau, mon rituel quotidien est plutôt minimal : je me démaquille à l’eau micellaire et je m’hydrate avec une crème prescrite par mon dermatologue. Plusieurs fois par an, je fais une cure de ce concentré de vitamine C pour rebooster ma peau, un peu comme on ferait une cure de vitamine. J’adore son parfum et sa texture non grasse, et son effet revitalisant est quasiment immédiat.
À LIRE AUSSI
Suivre Helena Rubinstein